Référencement : Google affiche 5 fois moins de sites malveillants que Bing

Une étude de l’institut allemand AV-Test sur les différents moteurs de recherche aboutit sur une conclusion plus que rassurante pour les adeptes de Google. L’étude révèle en effet que les résultats de Google contiennent cinq fois moins de sites malveillants que ceux de Bing.

L’institut indépendant AV-Test effectue régulièrement une évaluation des solutions anti-malware. Quoi de plus logique que de s’intéresser aux résultats de recherches qui grouillent parfois de sites infectés. Durant 18 mois, l’institut allemand a analysé plus de 40 millions de sites web classé par les principaux moteurs dans le but d’y détecter des malware, toutes formes confondues.

Sur un peu plus de 11 millions de sites web, Google n’a remonté que 275 sites potentiellement dangereux, ce qui représente 0,0025%, tandis que ces concurrents, Bing et Yandex sont beaucoup moins performants. Le moteur de recherche Bing en est à 1285 liens dangereux, soit 0,025% et Yandex affiche 3 300 sites infectés sur 13 millions, ce qui fait 0,024% mais avec un nombre de sites analysés plus important.

Ainsi, Bing afficherait cinq fois plus de sites potentiellement dangereux par rapport à Google. Quant au moteur de recherche russe, il expose à dix fois plus de danger dans les résultats que ses concurrents américains.

Après Google, c’est Blekko qui remonte le moins de liens malveillants sauf que l’analyse porte sur un échantillon moins volumineux : 203 sites sur 3 millions sont infectés. Les résultats de cette étude sont fortement contestés, surtout en ce qui concerne la méthodologie appliquée. D’autant que Google semble favoriser chaque jour des centaines de milliers de malwares à ses utilisateurs. Quoi qu’il en soit, l’étude indique qu’il faut se méfier d’avantage des contenus d’actualités car il est plus facile d’y disséminer des malwares, les internautes étant moins méfiants.