L’externalisation IT est en régression tandis que le BPO progresse

Au cours de l’année 2012, en France, le domaine de l’externalisation informatique (ITO) accuse un recul en valeur de 63% à 380 millions d’euros. Aussi, les prévisions  sont-elles prudentes en ce début d’année. Les fournisseurs manquent de visibilité au-delà du premier semestre.

Selon le TPI Index d’ISG (Information Services Group), la France n’échappe pas à la baisse globale des revenus tirés des contrats d’externalisation en 2012. Outre la chute de la valeur totale annuelle des contrats de 63%, il se trouve aussi que le nombre de contrats est en baisse de  37%. Un recul qui survient après une année record en 2011.

Au-delà des frontières françaises, l’externalisation informatique a particulièrement souffert. En zone EMEA, le marché a atteint son niveau le plu bas depuis cinq ans en 2012. Il est actuellement à 5,1 milliards d’euros. L’indicateur ISG prévois un « afflux régulier des contrats » au premier trimestre, avec un éventuel ralentissement dès le trimestre suivant. Ce n’est pas seulement la situation économique qui serait en cause car le multi-sourcing est aussi un facteur important.

ISG constate également un transfert vers le marché du BPO qui continue de progresser malgré la récession avec une valeur totale annuelle de contrats bondissant de 35% à 3,1 milliards d’euros. C’est un record sur le marché EMEA. « Alors que l’ITO a été un pilier pour les organisations cherchant à réduire leurs coûts dans une conjoncture difficile, les entreprises en EMEA sont désormais à la recherche de propositions BPO de valeur, pouvant assurer un changement plus substantiel » a commenté le président EMEA de l’ISG, Lyonel Roüast.