Eric Schmidt, Pdg de Google, en visite en Corée du Nord, le pays le plus hostile à la liberté de l’Internet

Cet une visite des plus étonnants : le patron du géant de l’Internet qui défend la liberté sur Internet et donc l’accès aux informations non officielles, fait un voyage de trois jours en Corée du Nord, accompagné de l’ex-diplomate américain Bill Richardson. Stephen Haggard, expert sur la Corée du Nord à l’Institut Peterson. Commente cette visite « humanitaire privée » : “Google a dû se plier à des compromis délicats et a été la cible de vives critiques pour ses efforts à soutenir une présence en Chine face à la censure du gouvernement”.

Et “Ils ne sont pas à blâmer pour essayer avec Pyongyang mais le géant de l’information a sans doute rencontré plus fort que lui. ». En effet, “vous imaginez la réponse de Kim Jong-Un (le dirigeant nord-coréen) à une présentation PowerPoint de Schmidt sur le pouvoir libérateur de Google?”. Cette visite a pour but, officiellement, de convaincre le gouvernement du Nord de relâcher un américain d’origine coréenne, récemment arrêté par Pyongyang.

“La Corée du Nord a connu une évolution fondamentale: cet Etat qui limitait l’accès aux technologies d’information pour assurer la sécurité du régime est devenu un Etat prêt à s’en servir comme outils, au moins au sein de la classe privilégiée, pour soutenir le développement national” rapporte l’expert Scott Bruce. Ainsi, le pays ne serait reclus qu’à 95% : ni portable ni intranet. Pour Washington,  le moment est mal choisi pour rendre visite au gouvernement du Nord, celui-ci ayant tiré une fusée il y a moins d’un mois.